mercredi 23 mai 2018

Comptes rendus d'activités

Botanique au Fort de la Bayarde le 18 janvier 2018

Nous étions 19 pour faire ce beau circuit d’environ 6,2 km, entre la Mine du Pradet et le fort de la Bayarde, par beau temps mais avec un assez  fort mistral. Nous avons fait un crochet pour explorer en passant les fossés du fort de la Gavaresse.

Heureusement, pour le retour, en contrebas de la ligne de crête, nous étions à l’abri du vent. Le terrain est siliceux. Le versant au-dessus du Canebas est un des endroits les mieux exposés de la côte et nous y avons trouvé les premières fleurs de la saison. Il fut un temps où la production de fleurs coupées faisait la richesse du coin…

paysages 11

Arrivée sur le Fort de la Bayarde

Sur ce sol siliceux, proche du bord de mer, la flore est très caractéristique du milieu et de ses aléas. On trouve en effet, relativement espacés, des chênes lièges, Quercus suber, aux écorces encore noircies par l’incendie qui a ravagé le coin le 4 Août 2005. Des petits pins d’Alep sont en pleine croissance, les troncs brûlés des gros se voient parfois à terre.

Toutes les plantes opportunistes du maquis prospèrent après l’incendie: les arbousiers, Arbutus unedo, les pistachiers lentisques, les cistes Cistus salviifolius, C. monspeliensis, C. albidus, les bruyères, Erica arborea et E. scoparia, les genévriers, Juniperus oxycedrus et Juniperus phoenicea, les filaires, Phillyrea angustifolia et P. latifolia, les Spartium junceum, les calicotomes épineux et bien sûr, romarin, thym et lavande papillon. Le chèvrefeuille, la salsepareille et la garance voyageuse décorent le tout de leurs guirlandes.

Sous ce couvert d’arbres, d’arbustes et d’arbrisseaux les petites plantes pérennes sont encore plus ou moins dormantes, comme Teucrium chamaedrys.

La flore annuelle en est à ses débuts, rosettes de Pulicaria odora, de Simethis mattiazzii, de Muscari comosum, et des rosettes d’orchidées qu’il n’a pas été possible d’identifier précisément, quelques rosettes aussi de Cynoglossum creticum. Et beaucoup de restes secs, notamment des touffes d’ Armeria arenaria ssp pradentensis, l’espèce endémique qui prospère un peu plus bas, sur les déblais chargés en cuivre et en arsenic de la mine. Parmi les graminées sèches on note  Brachypodium retusum, Pipaptherum miliaceum, Cynosurus echinatus, etc.

Quelques fleurs de Reichardia picroides la cousteline, de Galactites tomentosus (=G. elegans), le chardon rose aux feuilles veinées de blanc sur les nervures. Quelques fleurs d’Arum arisarum, le capuchon de moine, dans les fossés du fort de la Gavaresse, de Scabiosa atropurpurea, de Lobularia maritima et bonne surprise, de nombreuses fleurs de Narcissus papyraceus, dans les coins les mieux exposés et abrités du mistral. Les premières fleurs jaunes de l’envahissante Oxalis pes-caprae commencent à peine à sortir. Quelques pieds aussi de Lavatera olbia sont aperçus.

Mais la jolie découverte de la sortie, c’est sans doute une station d’ Ephedra sp. dans le fossé sud du fort de la Gavaresse. Trois espèces se rencontrent dans le Var, toutes rares. Deux sont protégées. Les sujets trouvés ont été victimes d’une débroussailleuse, ce qui n’aide pas à leur identification…

 

Pour télécharger un dossier photographique sur quelques espèces rencontrées cliquer sur le lien suivant:

 

 

 

Prochains événements :

23Mai
mercredi 23 mai 2018 09 h 00 - 16 h 00
Sortie entomologie à Bras
24Mai
jeudi 24 mai 2018 08 h 00 - 18 h 00
Botanique à la Fondurane St Cassien
30Mai
mercredi 30 mai 2018 09 h 00 - 16 h 00
Sortie entomologie à Plan d'Aups
31Mai
jeudi 31 mai 2018 08 h 30 - 17 h 00
Botanique à Mazaugue Saut du Cabri